La classe à distance : vers la simplicité (3ème partie)

edit

By adubuquoy@image7.fr octobre 30, 2023

Quelques conseils

  • Évitez de réinventer le contenu,
  • Ne perdez pas vos apprenants avec une utilisation trop ambitieuse d’outils et de services tiers,
  • Utilisez un modèle de communication régulier pour aider à établir un sens de la communauté,
  • Maintenez l’attention des étudiants pendant la transmission du contenu,
  • Prolongez la durée de vie d’une leçon au-delà de l’évaluation finale,
  • Définissez des résultats d’apprentissage clairs et mesurables,
  • Utilisez des quiz judicieusement placés pour faire une pause et inciter à la réflexion,
  • Utilisez des plateformes supplémentaires pour soutenir votre enseignement lorsque les fonctionnalités de la plateforme centrale ne sont pas suffisantes,
  • Encouragez les apprenants à s’engager dans des tâches authentiques,
  • Dirigez la dynamique sociale en mettant en évidence les contributions sélectionnées,
  • Développez l’autonomie de vos étudiants en leur demandant de poursuivre le travail à la maison,
  • Posez une question provocatrice pour réveiller la classe et prolonger un débat en direct après la classe dans un forum de discussion.
    (adapté du projet MOOC Design Patterns, Warburton et Mor, 2015)

Comment impliquer les élèves en ligne ?

Pour ceux qui pratiquent la visioconférence, vous avez remarqué la difficulté à prendre la parole et à faire respecter un ordre de parole. La priorité est donnée à celui qui parle, c’est lui que l’on voit à l’écran.

Que se passe-t-il si nous « laissons le micro ouvert » pour que chaque élève puisse poser des questions à voix haute à tout moment ? C’est un peu comme si on laissait tous les élèves d’une classe parler quand ils le souhaitent. Combien de fois les enseignants se sont-ils plaints de ces classes bavardes !

La grande question que nous nous posons tous devient alors : pouvons-nous participer sans nécessairement (parler) ? C’est le pari du moment éducatif que nous vivons : ne pas tomber dans la facilité de parler pour ne rien dire mais insister sur le  » faire et le partager « .

Ne faut-il pas, au cours de la classe, privilégier des modes d’interaction  » doux  » – un par un en échange privé – ou des modes différés – se retrouver après la classe pour un échange téléphonique de quelques minutes.

L’important pendant le cours en ligne est que l’enseignant puisse « cartographier » sa classe : qui suit, qui ne suit pas, qui fait, qui ne fait pas.

Deux solutions s’offrent à lui :

  • pouvoir « voir » en direct les écrans des élèves et intervenir immédiatement si nécessaire pour ceux d’entre eux qui en ont besoin, quitte à les contacter personnellement par téléphone, par exemple ;
  • pouvoir inclure la participation dans les activités à réaliser en classe : au lieu de réaliser un powerpoint, l’enseignant se concentre sur la capacité de l’élève à apporter des documents, à trouver une vidéo, à exprimer une idée. Ensuite, l’enseignant doit avoir les moyens de partager la production de l’élève avec l’ensemble de la classe.

Autre possibilité innovante, le travail en groupe !
Le travail coopératif ou collaboratif – le travail de groupe – consiste à partager des tâches, à accomplir quelque chose ensemble, à résoudre des problèmes en utilisant l’intelligence collective.
Ces objectifs sont aussi difficiles ou faciles à atteindre à distance qu’en classe. Il existe des applications simples qui permettent de réunir les élèves, de leur assigner des tâches, de suivre leur travail. Bref, il existe des outils qui nous font travailler ensemble.
Tout cela semble étrange, singulier ou provocateur ; mais dans un cours en ligne, il faut créer un nouveau pacte de confiance avec des étudiants qui ne dépendent plus du contrôle visuel ou sonore.

Cela fonctionne-t-il ?

Nous avons l’habitude de reprocher à la technologie tous les problèmes de la classe à distance. Les fameux bugs se multiplient, l’écran s’obscurcit soudainement, la page perd sa configuration sur l’écran, ce qui fonctionne sur un ordinateur ne fonctionne pas sur une tablette, la connexion est interrompue ?
Et alors ? Qui a dit que la technologie remplaçait les enseignants ?
Tous les problèmes liés à la technologie ont des solutions. La classe à distance est avant tout une leçon d’humilité tant pour les enseignants que pour ceux qui se sont trop vite vus comme des magiciens du numérique.

Les articles similaires

This site is registered on wpml.org as a development site.